CFCI 2021

Le diabète reste aujourd’hui plus que jamais un enjeu de santé publique. L’obésité contribue bien évidemment à l’explosion mondiale du taux des patients diabétiques. Concernant cette pathologie, l’éducation thérapeutique est fondamentale, et la pharmacopée moderne nous permet de disposer de médicaments innovants pour lutter contre ce fléau de notre civilisation occidentale.

Malgré ces avancées, les patients diabétiques représentent une part importante et en constante augmentation de coronariens candidats à un geste de revascularisation. La morbi-mortalité de ces patients est nettement supérieure à celle des patients non diabétiques aussi bien après un pontage qu’une angioplastie. Les spécificités du patient diabétique, portant notamment sur la complexité des atteintes anatomiques : lésions diffuses, sur de petites artères. Le risque de resténose après traitement par stent actif, plus élevé que dans une population non diabétique en font une catégorie singulière.

L’industrie tente de développer des stents spécialement dévolus à cette population. Tel le stent CREA8 EVO qui présente une innovation dans la libération du Sirolimus du stent vers la paroi sans l’aide d’un polymère. Ce dernier est remplacé par une formule amphiphilique qui correspond à une combinaison de sirolimus et d’acide organique (longue chaîne d’acides gras présents au niveau des membranes cellulaires de l’organisme) qui sert de transporteur et qui permet d’améliorer la biodisponibilité de la drogue et sa distribution à l’ensemble de la paroi du vaisseau, à partir de réservoirs situés à la surface externe du stent. Au bout de 3 mois, le stent actif CREA8 EVO sans polymère a totalement libéré la substance active et redevient un stent nu.

Un essai randomisé sera lancé en 2022 évaluant le stent CREA8 EVO versus le stent XIENCE.

 

Paul Barragan